#1

C'est quoi la médiation ?

La médiation c'est servir d’intermédiaire entre deux ou plusieurs choses, c’est à dire, un tiers qui intervient pour faciliter une relation ou la compréhension d’une situation et des éléments de pédagogie et de qualité relationnelle se retrouvent dans les pratiques de la médiation.

Et la médiation en architecture ?

La médiation à l’architecture réside principalement dans la sensibilisation, il ne s’agit pas d’un apprentissage des missions du métier d’architecte mais d’une action de susciter l’intérêt, la curiosité de quelqu’un1 par rapport à ce domaine pluridisciplinaire dans le but que chaque citoyen comprenne, prenne en compte et soin de ce qu’il se trouve autour de lui. La médiation à l’architecture permet d’aborder de nombreuses notions notamment la connaissance de sa ville et de son architecture pour vivre ensemble, la découverte d’une sensibilité artistique et culturelle, et l’appréhension des enjeux du développement durable et de la transition sociétale et environnementale. «L’architecture est un langage universel qui est l’expression de nos modes de vie et de la manière dont nous vivons ensemble. Donc comme tout langage, elle est constituée de signes et d’une syntaxe qui ont vocation à être partagés avec tout un chacun.»2

En France on fait quoi ?

A l’image de l’offre culturelle en France, l’offre d’actions de médiation architecturale existe, sous diverses formes, mais est ponctuelle et concentrée dans les grandes métropoles (Paris, Marseille, Lyon, Bordeaux, Nantes…).


 

En s’intéressant aux différentes structures de médiation architecturale en France, on peut remarquer plusieurs paramètres : d’abord ce sont pour la plupart des associations loi 1901, ensuite elles sont implantées dans un réseau urbain et possèdent donc un partenaire privilégié qui est la ville ou une institution présente dans cette ville (ENSA, CAUE, Maison de l’Architecture).

 

Chaque structure développe des actions spécifiques mais toujours avec le même tronc commun d’offres qui se manifeste souvent par des visites urbaines, des ateliers grands publics, des ateliers enfants, des voyages, des réunions de concertation et des interventions en milieu scolaire.

Et le Collectif Heruditatem dans tout ca ?

Nos actions de distinguent par deux caractéristiques principales :

Premièrement, nous tenons particulièrement à mettre en avant un esprit nomade : 

Face aux problématiques d’accès à la culture, notamment dans les territoires ruraux, nous prônons une parité culturelle de l’ensemble du territoire en allant directement à la rencontre du public. Nous avons en effet la conviction que la culture est un apprentissage continu, essentiel pour se construire et construire le Monde dans lequel nous vivons, dès le plus jeune âge et ce tout au long de la vie.

Ensuite, nous mettons un accent particulier sur la forme ludique des actions. La forme et le contenu d’une telle transmission sont essentiels : du point de vue de l’engagement, de la motivation et de l’expérience d’apprentissage, le jeu présente des intérêts fondés et prouvés. En stimulant la créativité et l’imagination, il permet de donner sens au monde environnant. En clair, il constitue une expérience d’apprentissage positive qui développe des aptitudes sociales et cognitives. Ainsi, plutôt que transmettre des valeurs esthétiques, nous avons la volonté de pousser le public à développer des aptitudes à penser et à agir dans l’espace..

1 Définition du mot sensibilisation 

https://www. cnrtl.fr/definition/ sensibilisation

2 Xavier Clarke de Dromantin, conseiller pour l’architecture DRAC Nouvelle- Aquitaine

ARC EN RÊVE, CENTRE D’ARCHITECTURE, Partager l’architecture avec les enfants. Parenthèses. Bordeaux : 2018, 187 pages, p.161.